Ce mercredi 5 février je me suis rendu disponible pour participer au forum des métiers au collège « Évariste Gallois de Montauban-De-Bretagne » ( 35 ).
Organisé par le collège, ce forum permettait aux parents volontaires de rencontrer les élèves de 4 eme et 3 eme, par groupe de 20 pour leur présenter leur métier.
Au préalable, les élèves choisissaient d’assister à l’atelier du métier qu’ils souhaitaient, maximum 4 dans la matinée, par tranche de 25 minutes chacun.

Mon métier de photographe a attiré beaucoup de curieux ou d’élèves intéressés.

Après avoir déposé du matériel dans la salle de classe qui m’était attribuée, j’ai retraversé tout le forum au milieu de la centaine d’élèves présents pour déguster un café de bienvenue et écouter un petit discours de présentation par le principal de l’établissement, Monsieur Sansom. J’ai serré la main de quelques personnes que je connaissais, des voisins, des pères et mères d’élèves ou professeurs que je croisais dans ma localité ou dans l’exercice de mon métier de photographe.

A 9h, je suis allé rejoindre. ma salle de classe, avec l’émotion d’un jeune professeur débutant. J’ai poussé la porte, et voyant une vingtaine d’élèves silencieusement assis devant leur professeurs, je l’ai rapidement refermé après m’être excusé à plusieurs reprises d’avoir interrompu un cours.
La porte s’est rouverte et on m’a invité à entrer: je ne m’étais pas trompé de salle: mon auditoire était prêt à m’écouter.

Après un rapide appel pour pointer les élèves présents, le professeur est allé s’installer au fond de la classe et m’a laissé la parole.
Debout entre le bureau du prof et le tableau blanc j’ai pris ma respiration et me suis présenté.
Puis j’ai exposé mon entreprise, le contexte d’exercice de mon métier de photographe, les avantages, les inconvénients et le cursus scolaire nécessaire pour devenir photographe. J’ai aussi évoqué les qualités personnelles indispensables à cultiver ainsi que la nécessité de développer une âme d’artiste. Enfin, la plupart de ces jeunes gens n’ayant jamais eu un appareil photo entre les mains, ils n’ont pour la plupart  jamais non plus manipulé de logiciels informatiques photographiques. Je les ai encouragé à s’y mettre sans tarder, pratiquer la photographie sans compter, et prendre du plaisir à retoucher leurs photos pour appréhender les subtilités de logiciels spécialisés.

La matinée s’est enchaînée très vite. 4 groupes m’avaient été attribués. Je donnais la parole régulièrement aux élèves pour qu’ils posent leurs questions, ou alors ceux-ci m’interrompaient poliment pour me demander quelques précisions.

J’ai constaté un vrai respect et un intérêt sincère de leur part.
Je pense qu’il est très compliqué à leur âge de commencer à réfléchir à leur souhaits en terme d’orientation professionnelle et encore plus de prendre des décisions pour s’inscrire dans un cursus d’études spécialisées.

Je leur souhaite à toutes et tous de s’épanouir pleinement dans le secteur d’activité qui convient parfaitement à leur personnalité et de développer sans modération une vraie personnalité d’artiste.

Par Frédéric Verrier Photographe