Séances portraits à Londres

Être invité à Londres pour y réaliser une série de portraits, c’est un des plaisirs les plus excitants qu’un photographe puisse connaître.

Traversée

Studio-Verrier-Portraits-Londres
Brittany ferries

La traversée se fait par différents moyens. J’aime particulièrement les sensations du décollage et de l’atterrissage. Mais j’aime aussi la traversée en mer. Je connais les plaisirs de la voile. Donc j’aime la sensation de calme et de solitude sur le ferry. Lorsque le vent fouette le visage et que la mer est à perte de vue autour de moi. Un étrange sentiment de solitude et de fragilité me rend visite.

J’aime aussi déambuler des les couloirs étroits et m’attarder dans les boutiques du bateau.

Je me sens envahi d’excitation lorsque je vois approcher le littoral. Puis on m’invite à rejoindre mon véhicule. Les moteurs raisonnent à l’unisson dans la soute, la bouche béante du ferry s’ouvre devant moi. Après un dernier contrôle je roule à gauche sur l’asphalte Anglais.

Batterie rechargée

Studio-Verrier-Portraits-Londres
Mélange de styles d’architecture à Londres

Adepte de la méditation en pleine nature, l’énergie de Londres me cueille sans prévenir.  Naturellement je me laisse aller dans ce tourbillon de vie nuit et jour.

Chaque coin de rue est propice à photographier. Le graphisme de l’architecture, la couleur des façades, le mélange artistique des constructions modernes. Même les anciens bâtiments me font entrer dans une frénésie compulsive de prise de vues.
Mes portraits se détachent des façades, mais souvent aussi la longue profondeur de champ  offre à l’ensemble de ma composition un équilibre parfait.
Je suis comme un enfant sur un terrain de jeux trop grand pour lui. Je photographie comme si ce décor allait s’effondrer. J’ai l’impression étrange que d’un coup je me réveille chez moi. La sueur sur mon visage et  la respiration haletante. Non, je suis à Londres, je ne veux pas perdre une seconde.

Le tube

Studio-Verrier-Londres
Plaque Métro de Londres

Puis, sous terre mon inspiration se décuple. Je travaille en vitesse lente sur mon boîtier Canon 5D. Saisir les lignes droites ou courbes du métro Londonien et capter les lumières artificielles des néons. Tout cela pour mettre en valeur les visages et leurs expressions.
Et tous ces gens autour de moi qui m’ignorent et deviennent eux-mêmes le décor vivant de mes photos. C’est hallucinant.
De Piccadily-Circus à Tower Bridge, de la City à Big-Ben en passant par London Eye. Même les rues secondaires et discrètes sont comme créées de toute pièce. Tout ça comme pour satisfaire mon appétit gargantuesque de photographe portraitiste.

Culture Pub

Studio-Verrier-Londres
Pub à Londres

Ma gorge sèche et mon estomac réclament. Je n’ai que l’embarras du choix. Tout d’un coup un portier m’invite à passer la porte d’un établissement que je n’ai même pas remarqué.
A l’intérieur les murs disparaissent derrière une décoration chargée. Même les moquettes, le plafond, le mobilier en bois sombre massif et sculpté,  transpirent le style et la forte personnalité unique des Anglais. La carte m’oblige à promettre de revenir tellement le choix est cornélien. Enfin, Le nombre imposant de bières à la pression m’impose de choisir entre rester raisonnable ou passer la nuit ici .

Séance photo à Saint-Malo

Voir aussi “Portrait Saint-Malo / Dinard”
Studio Verrier Instagram

Arrivé en 1995 à Saint-Malo, en tant que photographe je suis immédiatement séduit par cette ville corsaire fortifiée. Une  douce énergie se dégage de ses murs. Le caractère particulier de son histoire et les grands hommes qui y ont vécu me remplissent de fierté.
La lumière naturelle se reflète dans les eaux  qui entourent ses remparts. La couleur et la texture du sable de la grande plage, les pierres de ses murs, l’architecture de ses façades.  Finalement, tous ces paramètre idéaux sont excellents pour une séance portraits parfaite.

Je ne résiste pas à son charme et me remplis d’émotion au milieu d’un tel décor. Je ne sais plus où donner de la tête. Chaque recoin de rue, chaque escalier en pierre, chaque rocher donne au portrait une autre dimension. Toutes ces couleurs sont prétexte à s’arrêter pour photographier ceux qui m’accompagnent.

Ainsi, je ne me lasse pas et ne me lasserai jamais. Bref, de Saint-Malo à Pleurtuit en passant par Dinard, ou de Saint-Cast-le-Guildo à Pléneuf-Val-André, la côte d’émeraude et ses paysages, ses pierres et toutes les couleurs offrent un décor naturel à exploiter sans modération en photographie de portrait.

Finalement, on y passe toujours des moments très agréables et on en revient toujours ressourcé et revigoré.

Forum des métiers au Collège de Montauban-De-Bretagne

Ce mercredi 5 février je me suis rendu disponible pour participer au forum des métiers au collège “Évariste Gallois de Montauban-De-Bretagne” ( 35 ).
Organisé par le collège, ce forum permettait aux parents volontaires de rencontrer les élèves de 4 eme et 3 eme. Ils étaient répartis par groupe de 20 pour leur présenter leur métier.
Au préalable, les élèves choisissaient d’assister à l’atelier du métier qu’ils souhaitaient. Il y avait maximum 4 dans la matinée, par tranche de 25 minutes chacun.

Mon métier de photographe a attiré beaucoup de curieux ou d’élèves intéressés.

Après avoir déposé du matériel dans la salle de classe qui m’était attribuée, j’ai retraversé tout le forum. A travers une centaine d’élèves, j’ai traversé le forum et me suis rendu en salle de réunion. On m’a offert un café de bienvenue et j’ai écouté un petit discours de présentation par le principal de l’établissement, Monsieur Sansom. J’ai serré la main de quelques personnes que je connaissais, des voisins, des pères et mères d’élèves ou professeurs.  Je les croise souvent dans ma localité ou dans l’exercice de mon métier de photographe.

Entrée en classe

A 9h, je suis allé rejoindre. ma salle de classe, avec l’émotion d’un jeune professeur débutant. J’ai poussé la porte. Voyant une vingtaine d’élèves silencieusement assis devant leur professeurs, je l’ai rapidement refermé après m’être excusé à plusieurs reprises d’avoir interrompu un cours.
La porte s’est rouverte et on m’a invité à entrer. Je ne m’étais pas trompé de salle: mon auditoire était prêt à m’écouter.

Après un rapide appel pour pointer les élèves présents, le professeur est allé s’installer au fond de la classe et m’a laissé la parole.
Debout entre le bureau du prof et le tableau blanc j’ai pris ma respiration et me suis présenté.

Prise de parole.

Puis j’ai exposé mon entreprise, le contexte d’exercice de mon métier de photographe, les avantages, les inconvénients et le cursus scolaire nécessaire pour devenir photographe. J’ai aussi évoqué les qualités personnelles indispensables à cultiver ainsi que la nécessité de développer une âme d’artiste. Enfin, la plupart de ces jeunes gens n’ayant jamais eu un appareil photo entre les mains, ils n’ont pour la plupart  jamais non plus manipulé de logiciels informatiques photographiques. Je les ai encouragé à s’y mettre sans tarder, pratiquer la photographie sans compter, et prendre du plaisir à retoucher leurs photos pour appréhender les subtilités de logiciels spécialisés.

Puis la matinée s’est enchaînée très vite. Quatre groupes m’avaient été attribués. Par ailleurs je donnais la parole régulièrement aux élèves pour qu’ils posent leurs questions. Parfois ceux-ci m’interrompaient poliment pour me demander quelques précisions.

Mes impressions

Finalement j’ai constaté un vrai respect et un intérêt sincère la part des jeunes.
Néanmoins je pense qu’il est très compliqué à leur âge de commencer à réfléchir à leur souhaits en terme d’orientation professionnelle.  Mais aussi très difficile de prendre des décisions pour s’inscrire dans un cursus d’études spécialisées.

Quoi qu’il en soit, je leur souhaite à toutes et tous de s’épanouir pleinement dans le secteur d’activité. Egalement de trouver la voie qui convient parfaitement à leur personnalité. Enfin de développer sans modération une vraie personnalité d’artiste.

Par Frédéric Verrier Photographe